RENÉGOCIATION DE L’ACCORD ÉGALITÉ FEMME/HOMME

BILAN DE L’ACCORD ACTUEL :

En préambule de la réunion de renégociation de l’accord égalité Femme/Homme, la Direction nous a dressé le bilan de l’accord actuel 2016-2018 :

4 domaines d’actions prioritaires avaient été définis :

  1. Formation Professionnelle: améliorer l’accès aux formations pour les salariées qui reviennent d’une absence de longue durée :
  • En 2016 : 58,5% des femmes de retour ont bénéficié d’une formation.
  • En 2017, ce chiffre atteint les 82,7%.
  1. Promotion: accroître la représentation des femmes dans l’encadrement :
  • 46,2% à fin 2017
  • 46,4% au S1 2018
  1. Rémunération: procédure spécifique de résorption des écarts salariaux entre les femmes et les hommes (budget de 5,1 millions d’euros sur 3 ans) :
  • 2016 : 854 femmes remises à niveau pour un montant moyen de révision de 1996 €.
  • 2017 : 823 femmes pour un montant moyen de révision de 2063 €.
  • 2018 : 819 femmes pour un montant moyen de révision de 2084 €.
  1. Articulation entre vie professionnelle et vie privée:
  • En 2017, seuls 20 hommes ont pris un congé parental contre 395 femmes.
  • En 2017, 855 congés paternité ont été pris dont 188 absences légales de 3 jours.
  • 18,4% des femmes sont à temps partiel.

PROPOSITIONS DU SNB :

Pour le SNB, des avancées sont notables ces dernières années. Cependant, cela reste insuffisant au regard du chemin à parcourir notamment en termes de réduction des écarts salariaux, d’accession à certaines fonctions ou niveaux (I, J et K), de maintien du lien avec l’entreprise en cas d’absence, d’accompagnement des salariées au départ et au retour de maternité etc.

Pour la renégociation de cet accord, le SNB a donc, entre autres, demandé à la Direction :

  • Plus de transparence sur les rémunérations (notamment sur le variable) et sur le nombre de femmes ressortant en écart
  • Une enveloppe plus conséquente afin de réduire durablement les écarts salariaux entre les femmes et les hommes, ainsi qu’une analyse du variable et pas seulement de la rémunération fixe
  • Une étude des situations des femmes qui ne peuvent ressortir dans les écarts faute d’homme en face du fait du métier exercé mais qui pourraient avoir un retard de salaire
  • Résoudre le problème du variable des femmes de retour de congé de longue durée qui sont pénalisées les années suivantes.
  • Une hausse de l’indemnité de frais de garde du samedi et du nombre de places en crèche
  • Un maintien du lien entre l’entreprise et les salariées en congé de longue durée
  • Une attention particulière pour les personnes proches du départ à la retraite

Nous vous tiendrons informés de l’avancée des négociations ; n’hésitez-pas à nous contacter si besoin

 

ENQUÊTE D’ÉVALUATION DU STRESS

L’enquête CVT* sur l’évaluation du stress, conduite en mars 2018, avait pour principal objectif de permettre :

  • Le suivi de l’accord sur les conditions de vie au travail ;
  • La mesure des niveaux de stress et de bien-être dans les différentes entités ;
  • Et déterminer les facteurs de risque et de satisfaction afin de guider les actions à mettre en œuvre.

RÉSULTATS DE L’ENQUÊTE 

Globalement, par rapport à l’enquête 2016, les taux de stress, encore beaucoup trop élevés,  restent assez stables dans l’ensemble des entités, hormis chez BDDF.

Administrée sous la forme d’un questionnaire de 32 questions (dont 9 pour mesurer le stress psychologique), la méthodologie de l’enquête repose sur une étude scientifiquement validée et co-construite avec la médecine du travail et les partenaires sociaux.

L’élaboration et la restitution de l’enquête ont été réalisées par des experts et des psychologues du travail.

>> DANS LES CENTRAUX PARISIENS

Le taux de participation, en hausse de 4 points dans les services Centraux Parisiens par rapport à l’enquête 2016, s’établit à 66%, soit environ 4700 répondants (44% d’hommes et 56 % de femmes).

Les résultats de l’enquête soulignent que les managers de proximité et les femmes constituent la population la plus exposée au >>stress au sein de l’entreprise.

Concernant OPER et COMM, le récent passage en « Flex Work » dans des conditions au rabais (vis-à-vis des Dunes) nous porte à penser que ce mode d’organisation de travail est générateur de stress quand il n’est pas réalisé dans des conditions optimales, même si nous restons conscients que ce n’est pas l’unique raison.

>> DANS LE RÉSEAU 

Concernant l’analyse statistique des violences externes et incivilités qui sont en nette progression, le SNB regrette, qu’une fois de plus, la Direction n’ait pas été en mesure de répondre précisément à nos questions.

Le taux de participation, en hausse de 5 points pour BDDF par rapport à l’enquête 2016, s’établit à 67%, soit environ 1450 répondants (44% d’hommes et 56 % de femmes).

Pour le SNB, il y a urgence à agir. La Direction nous informe qu’elle nous présentera les plans d’actions en mars 2019 [et pourquoi pas en 2020 !!], alors que nous pensions pouvoir en débattre lors de la réunion de restitution. A notre demande, la Direction s’est engagée à nous présenter prochainement en détail une analyse des entités les plus en difficulté.

Enfin, nous avons interpelé la Direction sur le fait que l’exposition prolongée au stress n’est pas sans conséquences sur la santé physique et mentale de nos collègues. Nous lui avons rappelé son obligation légale de tout mettre en œuvre pour préserver la santé de tous ses salariés.

Si vous êtes dans une situation difficile, n’hésitez pas à nous contacter.

 

BAROMETRE EMPLOYEUR : VOTRE AVIS COMPTE !

Vous avez jusqu’au 25 septembre pour vous exprimer au travers du Baromètre Employeur 2018.

Nous remontons régulièrement vos demandes et préoccupations à la Direction, notamment en matière de Conditions de vie au travail, de besoin de transparence et d’information, de reconnaissance etc. Cependant, il est important que vous participiez à cette enquête afin de pouvoir vous exprimer directement et ainsi appuyer notre action. Pour y répondre, il vous suffit de cliquer sur le lien que vous avez reçu par e-mail.

Le SNB regrette cependant la réduction du nombre de questions posées cette année. Ceci risque d’avoir un effet moins impactant lors de la restitution et limite l’expression des salariés sur certains thèmes. Nonobstant, le SNB sera comme toujours vigilant pour que vos remarques / interrogations / craintes soient prises en considération dans les échanges avec la Direction.

  Télécharger le PDF Centraux parisiens Info 20 septembre 2018 centraux v2

  Télécharger le PDF Réseau BDDF  Info 17 septembre 2018 réseau-v2