ACCORD DE PARTICIPATION ET D’INTÉRESSEMENT

Le SNB, ainsi que la CFDT et la CFTC, ont signé le nouvel accord de participation et d’intéressement qui s’appliquera pour les 3 prochaines années.

Après de courtes mais intenses négociations, au cours desquelles nous n’avons rien lâché, nous avons obtenu des avancées très sensibles au niveau de la formule de calcul de l’enveloppe de Rémunération Financière (= Participation + Intéressement) et entre autres :

  • Intégration d’une partie basée sur le RBE (Résultat Brut d’Exploitation) : Le RBE, contrairement au REX (Résultat d’Exploitation), a le mérite de ne pas tenir compte du coût du risque et donc de jouer le rôle d’amortisseur. En effet, celui-ci a souvent lourdement pesé au moment de faire les calculs. Nous étions la seule Organisation Syndicale à le demander, depuis de nombreuses années à chaque renouvellement, mais, finalement, l’idée ne devait pas être si mauvaise puisque cet élément a enfin été repris et intégré…
  • Elévation des coefficients multiplicateurs +12,5% : qui, conjugués aux autres évolutions de la formule, permettrait d’augmenter le montant de l’enveloppe à des niveaux bien supérieurs. La Direction proposait une évolution progressive de ces coefficients sur les 3 ans, mais le SNB a réussi à obtenir une revalorisation pleine dès la 1ère année.
  • Augmentation de la partie RSE de 66% : cet aspect auquel vous êtes nombreux (de plus en plus) à être sensibles augmente significativement en passant de 6 à 10 millions d’euros.
  • Augmentation de l’abondement l’année avec PMAS : de 2000 € à 2200 €.
  • Proposition d’un supplément d’Intéressement pour palier le versement d’une partie de la distribution aux actionnaires en rachat d’actions qui ampute de facto l’enveloppe de rémunération financière puisque la formule de calcul est uniquement basée sur le versement sous forme de dividendes + modification de la formule pour en tenir compte à l’avenir.
  • Ajustement en 2023 du montant de l’enveloppe, par une règle de 3, afin de tenir compte de l’intégration de nos collègues du Crédit du Nord.
  • Promesse d’un PMAS (Plan Mondial d’Actionnariat Salarié) en 2022

Pour mémoire, il faut prendre en compte que, quelle que soit la formule de calcul, si les résultats de SG sont bas, l’enveloppe ne peut pas être à l’inverse très élevée. Et malheureusement, ils sont bien en deçà de ceux de nos concurrents…

Alors certains diront que ce n’est pas suffisant et ne signeront pas. Nous l’avons aussi très largement défendu auprès de la Direction Générale en rappelant notamment les promesses de Frédéric OUDÉA, les enjeux de reconnaissance, de promesse employeur et d’attractivité de la Banque, la différence de distribution avec nos pairs, le mécontentement des salariés etc. Mais nous avons aussi, avec la CFDT et la CFTC, pris nos responsabilités car c’est une avancée notable, dans un contexte difficile où les résultats de SG souffrent. Or, cette fois, même si c’est encore perfectible, la Direction a réellement entendu nos demandes.

Nous serons aussi très vigilants au sort des salariés du CDN qui vont nous rejoindre… Ils sont, à juste titre, inquiets de cet aspect à l’intégration dans SG. Un mécanisme d’ajustement et de compensation devra être proposé pour permettre un traitement et une rémunération équilibrée pour tous les salariés de SG, quelle que soit leur provenance.

Téléchargez l’Info SNB réseau et centraux du 30 juin 2021