Retour sur site : Incompréhension et incohérence !

La Direction affirme que le retour sur site est progressif avec 1 jour de travail obligatoire sur site par semaine depuis lundi dernier et 2 jours de travail obligatoires sur site par semaine à partir de lundi prochain.

Si nous pouvons comprendre la nécessité du retour sur site au vu de l’amélioration sensible de la situation sanitaire, le retour à deux jours juste une semaine après le retour sur site a été source d’interrogations de la part du personnel. Pourquoi aller si vite ?

En effet, dans certaines de nos filiales comme ASSU, des dispositifs plus progressifs (retour à 2 jours le 04 Juillet) ont été justement mis en place. Nous sommes également surpris que les décisions de la Direction ne fassent pas de distinction entre les salariés travaillant à temps plein et ceux travaillant à temps partiel.

Par ailleurs, nous avons attiré l’attention de la Direction sur les personnes vulnérables identifiées dans le décret 2020-1365 du 10 novembre 2020 comme étant à risque de formes graves de Covid-19 suite aux avis des 6 et 29 octobre 2020 du Haut Conseil de la santé publique (HCSP).

Enfin, nous avons relevé, grâce à vos différents retours, des difficultés sur certains immeubles comme ceux de Perspective Défense ou des Dunes : ménages des bureaux non faits, dysfonctionnement des climatisations, bouteilles d’eau non distribuées, cantines peu attractives (offres réduites, expérimentations de machines pour facturer les plateaux sans caisse…).

Le SNB déplore le manque de concertation de la Direction auprès des partenaires sociaux sur le modus operandi du retour sur site. Ces décisions prises unilatéralement ont été désapprouvées et ont suscité l’incompréhension de nombreux collègues. Après des mois de travail à distance, un dialogue social plus riche aurait pu permettre de mieux appréhender les attentes des salariés.

Formations Règlementaires en E-Learning : too much !

Nous avons interpellé la Direction lors de la Commission des Réclamations Sociales des Services Centraux Parisiens sur les griefs formulés par certains salariés envers les e-learning règlementaires  »obligatoires ». Ils estiment que ces formations sont souvent longues et fastidieuses et doivent être effectuées dans des délais pas toujours compatibles avec leur charge de travail, en hausse constante dans certaines BU/SU.

La Direction indique que la Règlementation Européenne impose aux salariés des entreprises du secteur bancaire d’avoir une connaissance et une maitrise convenables des règles et autres déontologies. Elle ajoute également que les résultats des tests permettent à la SG de valider les acquis des collaborateurs.

Le SNB comprend les contraintes imposées par les diverses règlementations européennes exigeant la réalisation de certaines formations. Cependant, la Direction doit permettre aux salariés de disposer du temps nécessaire pour pouvoir les réaliser dans de bonnes conditions. De plus, elle doit aussi prendre en compte les difficultés ponctuelles (arrêt-maladie, absences, surcharge de travail, réorganisations…) que peuvent rencontrer nos collègues pour effectuer leurs formations dans les délais impartis.

Téléchargez le Tract Centraux 18 Juin 2021