REMUNERATION DANS LES HAUTES SPHERES

Dans le cadre de la proposition de renouvellement du mandat de notre Président Lorenzo BINI SMAGHI pour 4 ans, le Conseil d’Administration a proposé une augmentation de sa rémunération fixe de plus de 8 % (925 k€/an vs 850 k€) !

Cette augmentation fera l’objet d’une résolution qui sera soumise au vote lors de la prochaine Assemblée Générale des Actionnaires.

A ce titre, notre administratrice SNB, France HOUSSAYE, a voté CONTRE cette proposition lors du dernier conseil en rappelant la situation dans laquelle se trouvent les collaborateurs aujourd’hui :

o Une incertitude sur l’emploi dans un contexte de réorganisation permanente avec un objectif important de suppressions de postes à venir

o Une charge de travail qui ne cesse de croître

o Une absence d’augmentation pérenne collective depuis plusieurs années et plus généralement, une politique salariale individuelle ne permettant pas de récompenser à leur juste valeur les efforts fournis par les collaborateurs

o Un contexte de réduction des coûts

Pour le SNB, cette proposition nous semble donc malvenue et indécente compte tenu du contexte actuel.

EVOLUTION DE L’EMPLOI CONTRASTEE

Il est indéniable que la croissance de l’emploi dans les centraux parisiens est soutenue :

Effectifs Centraux Parisiens Evolution annuelle
Début 2016 17.000 salariés  
Fin 2016 17.500 salariés + 500 salariés
Fin 2017 18.200 salariés + 700 salariés

Et au budget 2018 : + 1.250 Equivalents Temps Plein (+7%) 

Même si les exercices précédents nous ont appris à prendre les prévisions budgétaires avec une certaine prudence, il est possible que le cap des 19.000 salariés soit dépassé courant 2018. Cette croissance est portée par les investissements pour répondre à la digitalisation et par les exigences croissantes des régulateurs. Elle bénéficie en premier lieu aux métiers informatiques-projets et aux métiers liés à la régulation : conformité …

Cependant, d’autres métiers sont en repli : projets de suppressions de postes présentés début 2018 pour LYXOR et sur IRBS. Il suffit également d’écouter ce que nous disent les différentes Directions à l’Observatoire des Métiers avec la réduction des postes TMB, la disparition future de certains métiers opérationnels etc.

L’ENJEU RESIDE DANS L’ACCOMPAGNEMENT DES SALARIES

« C’est quand il fait beau qu’il faut changer la toiture » pourrait se traduire par « c’est quand l’emploi est en croissance qu’il faut proposer des opportunités aux salariés dont les métiers sont ou seront en repli ».

Pour le SNB, la réponse de la Direction n’est pas à la hauteur des enjeux. Nous regrettons en effet : 

  • Une culture où les départements qui recrutent ne se préoccupent pas assez d’absorber des salariés d’autres départements.
  • Une DRH aux pouvoirs de plus en plus faibles, trop cloisonnée par la Direction et sans moyens transverses.
  • Une GPEC (Gestion Prévisionnelle de l’Emploi et des Compétences) très pauvre et très loin des belles intentions affichées depuis plus de 5 ans. 

Nous continuerons donc à être force de propositions et à remonter ces points à l’Observatoire des Métiers.

Tableau d’évolution des effectifs dans les Centraux Parisiens

 Télécharger la Lettre Info SNB du 29 mars 2018.pdf