Les partenaires sociaux ont rencontré Frédéric OUDÉA lors de la séance plénière du Comité Social et Economique Central du 12 Mai 2022. Les échanges ont principalement porté sur la politique stratégique de SG, la cession de Rosbank, le contexte inflationniste et la politique sociale menée au sein du Groupe.

FRÉDÉRIC OUDÉA : LES RÉSULTATS DU T1 2022 SONT EXCELLENTS !

Lors de son intervention, Frédéric OUDÉA a tenu à revenir sur les « résultats excellents de SG au 1er trimestre, dans la dynamique de l’année 2021 », indiquant que nous avons une « assez bonne visibilité sur 2022, moins sur 2023 ». Il a souligné que « l’inflation est là, tirée par les prix de l’énergie, l’alimentation et les matières premières ». Cependant, il a précisé qu’il serait difficile, pour le secteur bancaire, d’augmenter les prix de ses services, comparativement à d’autres secteurs d’activités.
Il a ajouté que notre entreprise a pu avancer sur nos principaux chantiers stratégiques, comme « New ALD » qui devrait se concrétiser en 2023, Boursorama qui va connaître une nouvelle phase de croissance avec l’intégration de ING ou encore la fusion SG/CDN qui sera une réalité juridique en début d’année prochaine.
Sur la cession de Rosbank, il a rappelé que ce sont « 15 années de travail qui sont parties en fumée », mais qu’il était essentiel de se défaire de « notre exposition russe forte de 15 milliards d’€ d’actifs ». Il a également expliqué que « les enjeux de capital sont plus importants que la perte comptable que nous allons enregistrer sur notre compte de résultat (3,1 milliards d’€) ». En effet, il a estimé que l’essentiel pour notre entreprise est de préserver son capital, afin de pouvoir garantir nos capacités de développement.
Le SNB est intervenu en indiquant sa satisfaction de voir SG passer enfin à l’offensive, après des années de repli défensif sur de nombreux métiers, en faisant différentes acquisitions stratégiques potentiellement génératrices de revenus futurs.
Sur la question de l’inflation, nous avons rappelé que la poussée inflationniste, que nous constatons tous, était la plus forte depuis une quarantaine d’années et qu’il était donc nécessaire que la Direction infléchisse beaucoup plus fortement sa politique sociale en précisant les leviers qu’il est possible d’actionner :

• Une augmentation collective de plus forte ampleur et pour tous

• Un PMAS annuel et non plus triennal, avec une décote plus importante de l’action (30% au lieu de 20%) rendue possible par la loi PACTE.

• Une indemnisation des frais de Télétravail, très attendue par les salariés, qui devra être à la hauteur des attentes, au vu de l’augmentation substantielle des prix de l’énergie.

ENJEUX SOCIÉTAUX ET ENVIRONNEMENTAUX : LE SNB INTERPELLE LA DIRECTION

Le SNB a, une nouvelle fois, interpellé Frédéric OUDÉA sur certaines implantations étrangères de SG, dans des pays ne respectant pas nos normes sociales et environnementales. Nous avons aussi rappelé notre inquiétude concernant la montée en puissance de notre implantation indienne, où nous avons maintenant plus de 10.000 salariés. Quid des risques géopolitiques dans cette région et par conséquent des risques opérationnels pour SG ?
Par ailleurs, nous avons aussi attiré son attention sur les résultats très exceptionnels de ALD, qui jouissent actuellement et probablement à court terme d’une conjoncture très favorable. Qu’en sera-t-il sur le moyen terme quand le marché de l’occasion sera moins dynamique ?
Frédéric Oudéa nous a répondu que le marché de l’occasion sur les voitures électriques serait très probablement dynamique dans les prochaines années et contribuerait ainsi au dynamisme de nos activités liées à la mobilité. Sur nos implantations, il nous a répondu que l’enjeu est également géopolitique : prévenir l’arrivée des banques chinoises et russes sur le continent africain, en continuant de financer la croissance des infrastructures des pays en plein essor.

 Téléchargez le tract 2022 12 05 -SNB-SG-EnDirect-CSEC